Exécutions

Cie Cristal Palace


En résidence du 6 au 12 novembre 2017 / du 10 au 27 mai 2018


Exécutions3


Un projet de : Lise Avignon
Avec : Lise Avignon, Nathalie Nauzes, Anne Violet
Textes matériaux : Crime et châtiment de Dostoïevski / discours ou écrits de Robert Badinter


Partenaires : Théâtre Le Hangar, La Gare aux Artistes


Note d'intention


L'idée première est de mettre en résonance les paroles de Raskolnikov (Crime et châtiment, Dostoïevski) au sujet de l'acte de tuer avec celles de Robert Badinter au sujet de la peine de mort.
De mettre au plateau trois personnes travaillées par la question de tuer.
C'est une affaire d'obsession. D'être hanté.

Le spectacle sera composé de trois parcours distincts qui vont se succéder, se recouvrir, s'enchevêtrer, se mêler. Donner, laisser, prendre la place, ensemble ou séparément. Cela autant en fonction du sens de ce qui se dit que de la musicalité de ce qui s'écrit.
Le plateau sera nu, hormis un, deux ou trois long(s) banc(s). Les lignes des bancs, immobiles ou mouvantes, structurent l'espace. Que l'on pense aux grues des chantiers, aux éoliennes, aux potences, au Christ, aux échassiers. C'est une architecture de corps et de lignes créée par et pour les comédiennes, un espace fait de vide que la parole met en tension, et qui évoluera en fonction de ce que cette parole demande au plateau pour être entendue.

1er parcours  : Raskolnikov / par Lise Avignon
(…) Il s'agit de s'intéresser au moment où la pensée se formule dans la tête et où elle cherche les mots pour se dire. Le dire creuse les rapports entre l'informulé, le formulé-intérieurement, le dit, le mal-dit, le reformulé, le dit-qui-s'arrête-avant-d'être-dit, etc. S'attache aux conflits, à la tempête que cela génère. Explore un rapport au langage fait de doute profond.

2e parcours  : l'écho du corps / par Anne Violet
C'est un parcours sans paroles, un corps en mouvement. On se dira – au moins dans un premier temps - que les mots qui sont dits sont aussi dans la tête de la personne qui bouge. Il faudra voir comment ils travaillent ce corps et explorer des rapports de gémellité, de contradiction, de contrepoint ou d'excentricité.

3e parcours  : Badinter / par Nathalie Nauzes
Le combat de Badinter m'intéresse en cela qu'il ramène la peine de mort à un meurtre légal. Et la personne m'intéresse par la grandeur de son humanité.
(…) Je cherche là une qualité de parole et de présence capable de trouer l'espace, de densifier l'écoute, d'aspirer à soi sans effet de manche. Une parole dense, faussement calme.


Présentation de la compagnie


La cie Cristal Palace est intrinsèquement liée au travail de Lise Avignon. Le monde est rond, adaptation de l'oeuvre éponyme de Gertrude Stein, en a été la première création.

J'aime les écritures radicales, quand l'écriture renvoie à l'acte de parler. J'aime les acteurs, quand dans la nudité de leur présence ils jouent, éperdument. Je n'ai peut-être rien à transmettre mais du temps à passer, du temps qui vaille la peine. Le théâtre pour moi c'est comme de la musique. C'est comme ça que je comprend le théâtre. L'espace pour moi c'est beaucoup du mouvement, je veux dire par là que j'aime quand c'est le mouvement qui crée l'espace. L'homme, entrant sur scène, crée un espace qui ne s'explique pas. Une fiction qui n'a pas de mot pour se dire. Et l'homme dit pour dire, pour être homme, pour le souffle. L'homme dit pour le plaisir et pour que sur scène le temps passe, la mémoire revienne.