Cie Cristal Palace

Le temps que le coeur cesse (ex-Exécutions)


Sur une réécriture de Crime et Châtiments de Dostoïevski

En résidence du 4 au 9 juin 2019


fougère2NB


Un projet de : Lise Avignon
Avec : Lise Avignon, Anne Violet
Textes matériaux : Crime et châtiment de Dostoïevski / discours ou écrits de Robert Badinter

Partenaires : Théâtre Le Hangar, La Gare aux Artistes


Note d’intention


C'est un monologue pour deux corps et deux bancs.
L'une parle, l'autre marche, danse, peut-être chantera.
Elles sont la même personne, elles sont le type qui va tuer une vieille usurière, peut-être pour sauver le monde, ou bien juste pour voir, et qui, après, ne le supporte pas.

C'est donc le soliloque, le dire-chant d'une personne qui va tuer, puis qui a tué. Il demande qu'est-ce que c'est, demande qu'est-ce que j'ai et qu'est-ce que tu en penses, et s'il n'est pas trop pâle, il dit attend, il dit écoute, et qu'il a oublié, oublié, des bouts de tissus, en loque, et qu'il faut jeter, là vitevitevite, et plus de traces, et qu'il n'ai qu'il ne veut que tout seul tout seul tout seul tout seul.
Il fredonne.
Un brin provoquant.
Rien ne lui revient, rien, non, des espèces de pensées, des bribes de pensées, le visages de gens, le clocher de l'église,le billard dans une taverne, un escalier de service, noir, jonché d'ordures, de coquilles d'oeuf, le tintement des cloches du dimanche.
Il dit qu'il est un pou et que haha, et puis il dit maman.

Sur scène je vois de la neige, la lune, deux lourds bancs d'église. Deux filles en chapka et marcels blancs. On entend des voix distordues, ça voyage entre berceuses d'enfance, chants liturgiques, airs de tavernes. Voix de l'amour, chant lointain des baleines et des soûlards.
J'aimerais un rêve-cauchemar où voix et corps se débattent.


Cie CRISTAL PALACE


La compagnie Cristal Palace creuse une manière d'écrire au plateau et un art de l'acteur qui doivent au moins autant à la danse contemporaine, à la musique, à la performance et à la littérature qu'à l'art dramatique.

La création du spectacle Le Monde est rond, d'après Gertrude Stein, se pose comme un acte fondateur. Poétique du théâtre, musicalité et organicité du jeu, épure scénographique en sont les traits principaux, la comédienne-metteur en scène Lise Avignon la figure motrice. Le théâtre Le Hangar et La Gare aux Artistes soutiennent et participent activement, depuis le début.

Contraintes majeures  : le temps et l'argent.
Axes artistiques majeurs  : la chair, la mémoire, le poème.