Cie Cristal Palace


Le temps que le coeur cesse


En résidence du 04 au 31 octobre


Crystal Palace - Le temps que le coeur cesse - Sorano 2020-36
crédit photo : Fabien Le Prieult / Visages Vagabonds

Titre : Le temps que le coeur cesse, d’après Crime et châtiment de Fédor Dostoïevski (traduction André Markowicz)
Distribution (sur et hors scène) : Lise Avignon, Anne Violet, Didier Roux, Loan Le Dinh, Fabien Le Prieult
Soutiens : Le Hangar, La Gare aux Artistes, Le Sorano, Le Grand Rond, pavillon Mazar (?)


Note d'intention


C'est un monologue pour deux corps frêles, deux bancs massifs, de l'eau et du sang.
C'est le dire-chant d'un être qui va tuer, puis qui a tué.
Il y a deux filles sur scène, elles parlent et elles bougent la même personne, elles sont le type qui va tuer une vieille usurière et qui, après, ne le supporte pas. Elles sont l'adolescent fou qui veut la justice sociale, ou simplement pouvoir aimer, malgré lui et malgré la brutalité du monde. Finalement, c'est l'histoire d'une résurrection, un chemin dans la nuit hors de la nuit.

Déroulé lacunaire
L'homme pleure la mort lointaine d'un cheval, dans l'enfance. S'en va s'ensanglanter. Il dit attend, il dit écoute, et qu'il a oublié et qu'il faut jeter, là vitevitevite, et qu'il n'ai qu'il ne veut que tout seul tout seul tout seul tout seul. Il fredonne. Provoque. Ecrasé, rampant au sol, rien ne lui revient, ou à peine, des espèces de pensées, des bribes de pensées, le visage de gens, le clocher de l'église... Il dit qu'il est un pou et que haha, et puis il dit maman. Il se lave l'un et l'autre lui-même, ou peut-être il se noie. Il veut danser mais il tombe toujours, alors il se relève et il marche toujours. A la fin, de la neige tombe comme un pardon.



Présentation de la compagnie


La cie Cristal Palace creuse une manière d'écrire au plateau et un art de l'acteur qui doivent au moins autant à la danse contemporaine, à la musique, à la performance et à la littérature qu'à l'art dramatique.
La création en 2014 du spectacle Le Monde est rond, d'après Gertrude Stein, se pose comme un acte fondateur. Poétique du théâtre, musicalité et organicité du jeu d'acteur, épure scénographique en sont les traits principaux, et la comédienne-metteur en scène Lise Avignon la figure motrice. L'enjeu artistique qui affleure sous chacun des projets est de chercher ce qui lie l'intime au poème, et comment le poème parle le monde tel qu'il va. L'acteur, son corps, sa mémoire, est au coeur du processus de création.



Programmation :

Création au Théâtre du Grand-Rond, Toulouse, saison 2021-22, 5 séances