Cie Un homme s’énerve

Exprérience Karamazov(s)


En résidence du 13 au 26 juillet 2020


Expérimentation Karamazov(s) 2

Titre : Expérimentation Karamazov(s)
Oeuvre : Les frères Karamazov
Auteur : Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski
Traduction : André Markowicz
Conception et mise en scène : Sophie Adoue
Jeu : Laetitia Bouyault, Yasmina Benjelloum, Lili Payré, Laurie Montamat
Violon : Lucie Laricq
Diretion du travail vocal : Laetitia Boyault
Création lumières : Fabien Le Prieult

Partenaires / co-producteurs / soutiens :
Maison Folie Beaulieu (Lille), Centre culturel Le Moulin (Roques-sur-Garonne), La Brique Rouge-MJC Empalot (Toulouse), Théâtre Le Hangar (Toulouse), Mix Art Myrys (Toulouse),Théâtre Le Ring ( Toulouse ), Le Tracteur (Cintegabelle), Théâtre Le Colombier (Cordes-sur-Ciel), Théâtre Le Sorano (Toulouse), Le Pari-Tarbes en scène (Tarbes), Théâtre Jules-Julien (Toulouse), Espace Bonnefoy (Toulouse)


Note d'intention


Loin de toute approche didactique ou édifiante de l’œuvre, Sophie Adoue et la Cie un homme s'énerve s'emparent du roman de Dostoïevski au-delà de la narration et de la littérature, dans une approche beaucoup plus iconoclaste que celle de l'habituelle adaptation théâtrale classique. Ici, donc, point de fil rouge dramatique, de psychologie des personnages, de réalisme historique, de distribution unilatérale des rôles... Mais une distribution entièrement féminine, une violoniste et quatre comédiennes, en prise avec la fantasmagorie karamazovienne et la polyphonie dostoïevskienne...

« En 2013, je lis pour la première fois Les frères Karamazov de Dostoïevski. C'est une lecture passionnée. La traduction qu'en a faite André Markowicz me frappe, au sens physique du terme. Je n'ai qu'une envie, impérieuse, celle de « parler » cette langue. Non pas devenir Dmitri, Fiodor, Grouchenka, Kathérina... ces personnages complexes et agités, mais « parler eux » : incorporer leur langue, traverser physiquement leur logorrhée, m'approprier leur flux de parole, entrevoir leurs âmes.
Le désir était né de plonger tête la première dans le roman de Dostoïevski, et de faire corps avec ce qui fait le corps des Karamazov : leur langue remarquable et l'éminence de la polyphonie dans la poétique dostoïevskienne. L'enjeu serait alors non pas de travailler à une adaptation théâtrale du roman au sens classique du terme, mais de donner à voir cette plongée personnelle, cette expérience singulière au cœur de la langue et de la fantasmagorie karamazovienne. Le titre se tenait donc là, face à moi, miroir du roman de Dostoïevski : Expérimentation Karamazov(s).
Il me restait à trouver des complices d'aventure. Étonnamment, l'équipe qui se composerait naturellement avec le temps se trouverait être entièrement féminine, ironie du sort quand il s'agit de jouer aux Frères Karamazov... »

Sophie Adoue



Présentation de la compagnie


Résistant envers et contre tout à l'engrenage de la fabrication de spectacles, la Cie un homme s'énerve place au coeur de son processus de création théâtrale le temps de la recherche et de l'expérimentation. Faisant ainsi l'expérience de sa propre liberté, elle emprunte des chemins de traverse pour proposer des espaces d'imagination, de rêverie, d'inattendu formel et dramaturgique, d'expérience contemplative radicale...



Programmation


Le Pari, Tarbes

« Partie 1 : Les Chérubins » (durée 1h15)

- 2 février 2021 à 20:30 - 3 février 2021 à 19:00 - 4, 5 et 6 février 2021 à 20:30 - 7 février 2021 à 16:00

Le Ring, Toulouse

« L'intégrale » (durée: 3h00 avec entracte)
Automne 2021 (dates en cours de confirmation)



Lien vers la compagnie : Facebook de la compagnie